M. Sc. en nutrition – Maitrise avec travail dirigé ou stage

OBJECTIFS

Le programme permet au bachelier en nutrition ou en nutrition et diététique ou en sciences biologiques d’accroître sa compétence professionnelle et ainsi de contribuer aux connaissances menant à l’amélioration de l’état nutritionnel et la santé de la population.

RÈGLEMENT PÉDAGOGIQUE PROPRE AU PROGRAMME

  1. Conditions d’admissibilité

Option travail dirigé

Pour être admissible à titre d’étudiant régulier au programme de M.Sc. (nutrition), maîtrise avec travail dirigé, le candidat doit :

  • Satisfaire aux conditions générales d’admissibilité de la Faculté des études supérieures et postdoctorales
  • Être titulaire d’un diplôme de 1er cycle (bachelier en nutrition ou en nutrition et diététique ou en sciences biologiques) préparant adéquatement aux études qu’il veut entreprendre, ou bien attester  d’une formation  jugée  équivalente; le candidat n’ayant pas de  Sc.  en nutrition ou dont la formation en nutrition est jugée insuffisante, devra réussir les examens des cours complémentaires de base recommandés par le comité des études supérieures du Département de nutrition lors de l’évaluation du dossier avant de s’inscrire aux cours gradués en nutrition.
  • Avoir obtenu, au 1er cycle, une moyenne d’au moins 3,3 sur 4,3 ou l’équivalent
  • Présenter une lettre de motivation (2 pages maximum) dans laquelle le candidat explique comment ses études supérieures en nutrition s’intègrent dans le plan de carrière envisagé
  • Présenter une lettre de recommandation
  • Présenter une lettre d’un professeur qui accepte de diriger le travail de M.Sc.
  • Faire preuve d’une connaissance suffisante du français (langue écrite et parlée) et de l’anglais (compréhension écrite). L’étudiant doit attester d’une connaissance de la langue française en ayant réussi l’Épreuve uniforme de langue et littérature française du ministère de l’Éducation du Québec ou, pour les étudiants internationaux, avoir réussi le test de français international (TFI) avec une moyenne de 785/990.

Option stage

Pour être admissible à titre d’étudiant régulier au programme de la M.Sc. (nutrition) – maîtrise avec stage, le candidat doit :

  • Satisfaire aux conditions générales d’admissibilité (section XI) du Règlement pédagogique de la Faculté des études supérieures et postdoctorales
  • Être titulaire d’un diplôme de Baccalauréat en nutrition ou en diététique menant à un permis de pratique à l’OPDQ ou l’équivalent
  • Avoir obtenu son diplôme de premier cycle au cours des trois (3) années précédant la demande d’admission
  • Avoir obtenu au premier cycle une moyenne d’au moins 3,3 sur 4,3 ou l’équivalent
  • Présenter une lettre de recommandation
  • Présenter une lettre d’un professeur qui accepte de superviser le stage de M.Sc.
  • Faire preuve d’une connaissance suffisante du français (langue écrite et parlée) et de l’anglais (compréhension écrite). L’étudiant doit attester d’une connaissance de la langue française en ayant réussi l’Épreuve uniforme de langue et littérature française du ministère de l’Éducation du Québec ou, pour les étudiants internationaux, avoir réussi le test de français international (TFI) avec une moyenne de 785/990.
  1. Scolarité

La scolarité minimale est de trois trimestres à temps plein ou l’équivalent à demi temps. La durée maximale des études est de 6 trimestres à plein temps ou 9 à demi temps, en excluant les trimestres de suspension. L’étudiant qui suit un maximum de 7.5 crédits de cours peut être inscrit à demi temps.

  1. Programme

Le cheminement avec travail dirigé comporte :

  • un minimum de 30 crédits de cours aux cycles supérieurs (9 crédits de cours obligatoires, 15 crédits de cours à option et 6 crédits de cours au choix)
  • 15 crédits attribués à un travail dirigé faisant l’objet d’un rapport.

Les étudiants sans formation en nutrition sont exigés de s’inscrire à 2 cours complémentaires (6 crédits additionnels) au début de leurs études et d’en réussir les examens, comme condition d’admission : NUT 1035: Nutrition et alimentation (cours de 1er cycle), NUT 2032 : Nutrition fondamentale (cours de 1er  cycle) ou NUT 5050 (cours par module).

Le cheminement avec stage comporte :

  • un minimum de 28 crédits de cours, dont au moins 27 du niveau des études supérieures (9 crédits de cours obligatoires, 16 crédits de cours à option choisis parmi les cours offerts par le Département de nutrition et 3 crédits de cours au choix)
  • 17 crédits attribués à un stage (15 crédits) et à la rédaction d’un rapport (2 crédits). Le stage permet à l’étudiant d’appliquer ses connaissances à un problème de nutrition clinique ou de nutrition en santé publique et de développer des compétences en recherche.

Seuls les candidats avec une formation en nutrition et diététique, sont éligibles au programme de maîtrise en nutrition option stage.

Pour ces programmes, au moins deux trimestres consécutifs doivent être accomplis en résidence, soit à l’Université de Montréal, soit dans un laboratoire de recherche d’un hôpital ou d’un institut affilié et agréé par le Conseil de la Faculté de médecine.

STRUCTURE DU PROGRAMME – OPTION TRAVAIL DIRIGÉ

Bloc 70A –Obligatoire (9 cr.)

MMD 6005R Éthique et recherche en santé, 1 cr.
MSO 60601 Concepts de base en biostatistique, 3 cr.
NUT 6650 Séminaires, 3 cr.
NUT 6675 Méthodologie de recherche en nutrition, 2 cr. (préalable aux cours du Bloc 70B)

1 peut être remplacé par MSO 6061 Introduction à la biostatistique, 3 cr.

 

Bloc 70B – Option (1 cr.)

NUT 6612 Méthodologie en nutrition fondamentale, 1 cr.
NUT 6613 Méthodologie en nutrition humaine, 1 cr.
NUT 6654 Recherches qualitatives en nutrition, 1 cr.

 

Bloc 70C – Option (14 cr.)

Le choix est fait à partir de la liste des cours du Département de nutrition.

 

Bloc 70D – Choix (min. 6 cr.)

Le choix se fait à partir de la liste des cours offerts par le Département de nutrition ou  dans d’autres départements ou facultés de l’université ou autres universités.

 

Bloc 70E – Travail dirigé (15 cr.)

NUT       6956      Travail dirigé, 15 cr.

 

STRUCTURE DU PROGRAMME  – OPTION STAGE

Bloc 70A –Obligatoire (9 crédits)

MMD 6005R Éthique et recherche en santé, 1 cr.
NUT 60601 Concepts de base en biostatistique, 3 cr.
NUT 6675 Méthodologie de la recherche, 2 cr. (préalable aux cours NUT 6613 et 6654 du Bloc70B)
NUT 6960 Protocole de stage, 3 cr.

1peut être remplacé par MSO 6061 Introduction à la biostatistique, 3 cr.

 

Bloc 70B – Option (4 crédits)

NUT 6613 Méthodologie en nutrition humaine, 1 cr.
NUT 6643 Pratique avancée : nutrition clinique, 3 cr.
NUT 6644 Pratique avancée : nutrition publique, 3 cr.
NUT 6654 Recherches qualitatives en nutrition, 1 cr.

 

Bloc 70C – Option (12 crédits)

Le choix est fait à partir de la liste des cours du Département de nutrition.

 

Bloc 70D – Choix (3 crédits)

Le choix est fait à partir de la liste des cours du Département de nutrition et des cours offerts dans d’autres départements ou facultés de l’Université, ou dans une autre université.

 

Bloc 70E –Obligatoire –  Stage et rapport de stage (17 crédits)

NUT 6961 Stage, 15 cr.
NUT 6962 Rapport de stage, 2 cr.

 

Liste des cours du département de nutrition 

NUT 6027 Syndrome métabolique, obésité, diabète, 3 cr.
NUT 6028 Nutrition et vieillissement, 3 cr.
NUT 6029 Neuroscience nutritionnelle, 3 c.
NUT 6033 Nutrigénomique 3 cr.
NUT 6093 Nutrition et maladies cardiovasculaires, 3 cr.
NUT 6606 Comportement du consommateur, 3 cr.
NUT 6607 Épidémiologie de la nutrition, 3 cr.
NUT 6610 Sciences et technologies des aliments, 3 cr.
NUT 6626 Problèmes contemporains de nutrition, 3 cr.
NUT 6629 Mesure de la consommation alimentaire, 3 cr.
NUT 6638 Évaluation de l’état nutritionnel, 3 cr.
NUT 6642 Nutrition et cancer, 3 cr.
NUT 6654 Recherches qualitatives en nutrition, 1 cr.
NUT 6659 Intervention nutritionnelle en dysphagie, 3 cr.
NUT 6670 Nutrition internationale, 3 cr.
NUT 6671 Séminaires de nutrition publique, 3 cr.
NUT 6672 Gestion de la malnutrition grave, 1 cr.

Tout autre cours jugé pertinent à la formation du candidat peut être approuvé par le responsable de programme.

 Laprésence aux séminaires du Département (souvent le mercredi et annoncés régulièrement par courriel et aux babillards du Département), requise dans le cadre du cours NUT 6650, est encouragée en toutes circonstances.

 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX AUX PROGRAMMES DE MAÎTRISE PROFESSIONNELLE

Enregistrement du sujet de recherche

Avant la fin du deuxième trimestre, en collaboration avec son directeur de recherche, l’étudiant doit compléter le formulaire «Enregistrement du sujet de recherche», à même le site Web de la FESP à l’adresse suivante : http://fesp.umontreal.ca/ce-quil-faut-savoir/cheminement-et-encadrement/memoire-et-these/

Dès que son formulaire est complété et signé par son directeur de recherche, l’étudiant doit le remettre au bureau du TDGE.

L’étudiant doit joindre une copie des certificats d’approbation éthique, s’il y a lieu.

Entente pédagogique et financement

À l’admission, l’étudiant et le directeur de recherche doivent fixer un échéancier de travail et les modalités de financement de l’étudiant, et s’engagent à les respecter durant la scolarité de l’étudiant. Cette entente fait partie du Plan global d’études qui doit être signé par le directeur de recherche et par l’étudiant.

Inscription en rédaction

Après 3 trimestres à plein temps, l’étudiant peut être inscrit en rédaction.

Les conditions pour s’inscrire en rédaction sont : 1) avoir complété tous les cours exigés par le programme de maitrise avec une note minimale de C (2,0 sur 4,3); 2) avoir une moyenne cumulative minimale de B- (2,7 sur 4,3) et; 3) avoir enregistré le formulaire du Plan global d’études et celui du sujet de recherche.

Réadmission pour dépôt

Si l’étudiant n’est plus inscrit, il doit faire sa demande de réadmission en ligne avant le dépôt de son travail dirigé. Par la suite, il envoie le formulaire « Avis de dépôt » et prend rendez-vous avec le TGDE. Le TGDE envoie le « reçu de dépôt » au service d’admission de la FESP afin que la demande de réadmission soit traitée. Ces étapes sont nécessaires car, sans le reçu de dépôt de l’étudiant, la FESP ne traite pas les demandes de réadmission.

Avis de dépôt

L’étudiant remet l’avis de dépôt au TGDE, local 1298 Pavillon Liliane de Stewart, un mois avant la date prévue pour le dépôt de son travail dirigé. Sur réception de l’avis de dépôt, le TGDE remet à l’étudiant le formulaire du sujet de travail dirigé ou de rapport de stage afin de désigner le deuxième évaluateur.

Le TGDE remet à l’étudiant un reçu officiel de dépôt. L’étudiant a le statut « évaluation-correction» lors du trimestre suivant son dépôt à la condition que ses crédits de cours, son séminaire et le minimum de 3 trimestres (ou l’équivalent à demi-temps) de scolarité aient été complétés.

Octroi du grade

Le diplômé doit attendre la sanction de l’octroi du grade par le Comité exécutif de l’Université de Montréal avant d’utiliser la mention M.Sc.

DIRECTIVES SPÉCIFIQUES POUR LA MAÎTRISE AVEC TRAVAIL DIRIGÉ

Introduction

Le programme de maîtrise travail dirigé vise à étendre l’expertise des étudiants dans le domaine des connaissances et de la recherche en nutrition. Le travail dirigé est un élément important dans l’atteinte de cet objectif. À cette étape, l’étudiant est responsable de ses initiatives, de son travail et de ce qu’il écrit. Le travail dirigé comporte 15 crédits, soit l’équivalent d’un trimestre à temps plein. L’étudiant peut toutefois choisir de réaliser le travail dirigé en un seul trimestre ou de l’échelonner sur plusieurs.

Le travail dirigé est un travail académique basé sur l’approfondissement et l’intégration des connaissances acquises au cours de la scolarité du programme de maîtrise en nutrition. Il représente un processus d’appropriation des connaissances relatives à un sujet précis et pertinent au moyen de l’examen critique des écrits disponibles. De plus, il est fortement encouragé d’inscrire le travail dirigé dans une perspective de diffusion des connaissances par le moyen d’une publication et/ou d’une communication orale.

Le présent document constitue un guide sommaire qui fournit quelques directives afin de bien franchir cette étape.

Objectifs général et spécifiques

 L’objectif du travail dirigé est de permettre à l’étudiant de réaliser une démarche d’analyse et d’intégration des connaissances d’un sujet pertinent en vue de démontrer qu’il a atteint le niveau de compétence et d’autonomie requis pour l’obtention de la maîtrise en nutrition. Plus spécifiquement, l’étudiant doit démontrer :

1)   ses habiletés à définir, planifier et mener à terme un travail de recherche;

2)   son autonomie face à cette démarche;

3)   son aptitude à la communication scientifique écrite et à l’analyse critique de la littérature récente.

Choix et rôle d’un directeur de recherche

 L’étudiant est responsable d’avoir identifié, dans son dossier d’admission, un directeur qui supervisera son travail dirigé. Le directeur peut être un professeur adjoint, agrégé ou titulaire du département de nutrition ou un chercheur/professeur associé/agréé au département. Les critères dont l’étudiant devrait tenir compte sont l’existence d’intérêts communs et la disponibilité du professeur durant le ou les trimestres dédié(s) à la rédaction du travail dirigé.

Le directeur aide l’étudiant à orienter son travail et à déterminer de manière préliminaire un plan de texte et un échéancier. Le directeur et l’étudiant devraient s’assurer que le sujet de recherche n’est ni trop vaste, ni trop pointu. Une fois que l’étudiant a rédigé une première ébauche, le directeur en prend connaissance et lui fait part de ses commentaires et suggestions à l’étudiant. Les commentaires doivent mettre en relief tant les aspects positifs que les aspects à améliorer. Ce n’est pas le rôle du directeur de participer à la rédaction du texte. Lorsqu’un étudiant remet une ébauche de son travail à son directeur, il doit être convaincu d’avoir fait au mieux de ses compétences. L’étudiant doit tenir compte du temps nécessaire au directeur de recherche pour lire les révisions du travail, afin de respecter les délais.

Choix du sujet

Le travail dirigé doit porter sur un sujet pertinent et d’actualité en nutrition et contribuer à l’ajout de connaissances sur le thème choisi. De plus, le travail dirigé doit inclure une composante recherche qui peut varier dans sa forme, mais qui est réalisable à l’intérieur du trimestre alloué au travail dirigé. Par exemple :

1)  une analyse critique et synthèse de la littérature guidées par une question de recherche et comportant des hypothèses, méthodes, résultats, discussions, recommandations et conclusions. Il est essentiel que cette analyse mène à l’élaboration de nouveaux concepts ou de nouvelles perspectives d’interprétation des données de la littérature.

2)   une analyse d’une banque de données

3)   un projet de recherche en laboratoire portant sur des techniques de fine pointe d’analyses pertinentes à l’évaluation métabolique ou nutritionnelle.

4)   tout autre travail de recherche réalisable à l’intérieur d’un trimestre.

L’enregistrement du sujet du travail dirigé doit se faire à l’aide du formulaire disponible «Enregistrement du sujet de recherche», à même le site Web de la FESP à l’adresse suivante : http://fesp.umontreal.ca/ce-quil-faut-savoir/cheminement-et-encadrement/memoire-et-these/.

L’étudiant le complète à l’écran, le sauvegarde et transfère le document en format pdf à son directeur qui complète la section « avis du directeur de recherche »; le document est imprimé et signé par l’étudiant et son directeur avant d’être remis au TGDE.

Rédaction du travail dirigé

Le travail dirigé représente 15 crédits ce qui correspond en termes de quantité de travail à environ un trimestre à temps plein. Le travail dirigé peut être réalisé en un trimestre, souvent l’été car moins de cours y sont offerts, ou bien échelonné sur plusieurs trimestres. Voir plus loin les « Directives pour le travail dirigé ». Voir aussi « Guide de présentation et d’évaluation des mémoires de maîtrise et des thèses de doctorat »:

 http://www.fesp.umontreal.ca/etudiants_actuels/memoire_these.html

Si l’étudiant désire présenter son travail dirigé dans une autre langue que le français, il devra en avoir reçu au préalable  l’autorisation du responsable des études supérieures. Pour ce faire, le formulaire (disponible sur le site Internet du Département de nutrition et en Annexe du Guide de l’étudiant) doit être complété avant la date de dépôt, puis être transmis au TGDE.

Présentation du travail dirigé

Le travail dirigé consiste en un rapport d’environ 50 pages, excluant les annexes et références. Le papier doit être blanc, qualité standard, et de format « Lettre ». Les marges doivent être fixées à 2,5 cm à l’exception de la marge de gauche à 3,8 cm. L’impression à l’encre noire ne se fait qu’au recto de la feuille et doit être d’excellente qualité (laser). Le texte doit être rédigé à interligne 1,5 et la police de caractères doit être Times New Roman 12 points. Dans les tableaux et les notes de bas de page, le caractère peut être réduit à 10 points et le texte à simple interligne. Le travail doit être paginé en chiffres romains avant l’introduction (i, ii, iii, …) et en chiffres arabes à partir de la première page de l’introduction (1, 2, 3, …).

Selon la forme choisie, le contenu du rapport doit comprendre :

  1. Un résumé. L’étudiant doit rédiger un résumé d’environ une page, incluant les objectifs, la méthodologie, les résultats, les conclusions et des recommandations d’ordre théorique et pratique.
  2. Une table des matières. L’étudiant doit inclure dans la table des matières tous les titres et sous-titres utilisés dans le texte de même que les tableaux et figures.
  3. Une introduction et une revue de la littérature. L’étudiant doit situer le contexte du sujet abordé et énoncer les objectifs poursuivis.
  4. Une méthodologie détaillée. Dans une analyse critique de la littérature, l’étudiant doit préciser sa démarche de recension des écrits scientifiques (ex. moteur de recherche utilisé, années couvertes, mots-clés utilisés, et) et devrait détailler la méthode de collecte des données (ex. population, outils de mesure, etc.) des travaux recensés. Dans le cadre d’une analyse des données, l’étudiant aura à détailler la démarche de recherche (ex. méthode de collecte de données, population étudiée, outils de mesure, etc.) et les analyses statistiques employées.
  5. Une section résultat. Dans une analyse critique de la littérature, le nombre d’articles repérés par le moteur de recherche et d’articles retenus devrait être précisé. Si le choix des articles a porté sur des critères spécifiques, l’étudiant aura à préciser le degré auquel les écrits ont rejoint ces critèr Dans une analyse des données, les résultats de l’analyse devront être présentés sous forme de tableaux et/ou figures et décrits sous forme de texte.
  6. Une discussion synthèse. Dans une analyse critique de littérature, l’étudiant fait une analyse des écrits recensés de manière à faire le point sur l’état des connaissances, sur l’existence de données probantes et le niveau de preuve scientifique en vue d’émettre des recommandations pour la pratique diététique et/ou la recherche en nutrition. Dans le cadre d’une analyse des données, cette section devra inclure l’interprétation des résultats en fonction des travaux déjà publiés en plus d’une évaluation des forces et des limites de l’étude.
  7. Une L’étudiant souligne les conclusions principales de son travail et inclut des pistes de réflexion et des recommandations.
  8. Les références. L’étudiant doit présenter l’ensemble des références citées dans son texte. Les références rédigées dans une langue autre que le français doivent apparaître dans leur version originale.

Le document final doit avoir une reliure spiralée et une couverture plastifiée transparente. La qualité du français est la responsabilité de l’étudiant et constitue un critère d’évaluation. Ce n’est pas le rôle du directeur de réviser la qualité du français du texte. À cet égard, l’étudiant doit chercher l’aide nécessaire au sein des différentes ressources universitaires, notamment le Centre d’aide en français (www.cce.umontreal.ca).

Dépôt et évaluation du travail dirigé

Le dépôt du travail dirigé se fait au département, sous la responsabilité du TGDE. L’étudiant doit être inscrit au moment du dépôt de son travail dirigé. Pour le premier dépôt, l’étudiant doit présenter les exemplaires (2 ou 3 dans le cas de codirection) conformes aux normes et aux directives de la FESP concernant la rédaction et la présentation des thèses et mémoires publiées dans la dernière édition du Guide de présentation des mémoires et des thèses.

 L’étudiant peut faire le dépôt de son travail dirigé par courriel s’il a reçu l’approbation de tous les membres de son jury. Pour ce faire, envoyer le PDF du travail dirigé par courriel au TGDE qui le transfère aux membres du jury avec les documents d’évaluation.

Le TGDE remet à l’étudiant un reçu officiel de dépôt. L’étudiant a le statut « évaluation-correction» lors du trimestre suivant son dépôt à la condition que ses crédits de cours, son séminaire et le minimum de 3 trimestres (ou l’équivalent à demi-temps) de scolarité aient été complétés.

Le travail dirigé est évalué par un jury de deux personnes comprenant le directeur et un évaluateur externe (professeur/chercheur) compétent dans le domaine du sujet choisi. Un évaluateur est considéré externe au sens où il n’a pas été impliqué directement dans le travail dirigé. À moins d’indications contraires, le jury a 4 semaines pour compléter l’évaluation. C’est la responsabilité du directeur de recherche de faire respecter ce délai. Chaque évaluateur attribue une note à l’étudiant selon une grille d’évaluation. Le jury doit s’entendre pour une note finale.

Suite à l’évaluation, le jury peut exiger des modifications mineures ou majeures au travail présenté. Dans chaque cas, l’étudiant doit répondre aux commentaires des réviseurs et identifier les changements apportés, dans un document séparé. Le document corrigé doit être approuvé par le directeur et l’évaluateur et une copie finale doit être remise au TGDE, au plus tard un mois (pour les corrections mineures) et trois mois (pour les corrections majeures) après que l’évaluation ait été remise à l’étudiant. Si le travail dirigé ne répond pas aux exigences minimales (60%), le jury peut le refuser et demander à l’étudiant de le reprendre. Il va de soi qu’un étudiant qui n’apporte pas les corrections demandées dans le délai prescrit ou dont le travail est refusé, ne pourra obtenir le diplôme de maîtrise.

 

La grille d’évaluation comprend les critères suivants:

Rigueur et exactitude des propos/concepts présentés 15%
Qualité de l’analyse/Capacité à évaluer la qualité des écrits scientifiques 20%
Qualité de la synthèse/Capacité à établir les liens entre les concepts 20%
Qualité des recommandations (créativité, réalisme, aspect réflexif, …) 15%
Qualité de l’orthographe, grammaire, syntaxe et ponctuation 10%
Habileté à structurer et organiser le texte 10%
Respect de la méthode de présentation du travail dirigé 5%
Qualité de la présentation visuelle du travail (présentation soignée, tableaux, figures, etc.) 5%

Diffusion du travail dirigé

Le dépôt final se fait via l’application PAPYRUS – dépôt électronique : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/

Nous encourageons fortement les étudiants et leurs directeurs à diffuser le travail dirigé au moyen d’une publication et/ou de communications orales. Les revues officielles de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (Nutrition : Science en évolution) et de Les Diététistes du Canada (La revue canadienne de la pratique diététique et de la recherche) ainsi que d’autres revues scientifiques canadiennes (ex. Revue canadienne de santé publique) acceptent de publier des textes en français. De même, certaines revues européennes de nutrition (Âge et Nutrition, Réalités en nutrition, etc.).

DIRECTIVES SPÉCIFIQUES POUR LA MAÎTRISE AVEC STAGE

Élaboration du protocole de stage

 Cours NUT 6960, 3 crédits

Il s’agit d’un cours durant lequel l’étudiant rédige le protocole de son projet de stage (de 15 semaines) sous la supervision de son directeur de recherche (professeur ou chercheur régulier, associé, sous octroi, accrédité, affilié du département de nutrition) et de son superviseur de stage (professionnel du milieu de stage soit diététiste/nutritionniste, médecin, infirmière bachelière, physiothérapeute, ergothérapeute, kinésiothérapeute, psychologue, travailleur social, etc).

À partir d’une problématique professionnelle, l’étudiant est amené à développer sa capacité à concevoir un projet de stage adapté à la situation-problème et répondant aux normes en vigueur en la matière. Il développe son esprit critique et d’analyse en appuyant toutes ses actions sur la littérature scientifique pertinente. Il doit choisir ou développer des méthodes appropriées à l’atteinte des objectifs en axant ses démarches sur une pratique collaborative. Il améliorera aussi ses compétences en communication scientifique.

Les activités suivantes sont réalisées lors de l’élaboration du protocole de stage :

  • Définir la problématique du projet de stage avec le directeur de recherche et/ou le superviseur de stage s’il est déjà identifié;
  • Identifier le milieu de stage avec le directeur de recherche et le coordonnateur universitaire du programme lequel procède au recrutement du milieu;
  • Visiter le Une collecte d’information peut s’imposer;
  • Mener une recension des écrits pertinents au projet de stage;
  • Demander une approbation éthique, selon le cas;
  • Élaborer le projet de plan de stage;
  • Rédiger le protocole de stage.

Le protocole de stage est un document de 20-25 pages incluant une recension des écrits, le cadre conceptuel selon le cas, la problématique, les hypothèses et/ou objectifs, la méthodologie incluant les outils nécessaires, les résultats attendus et un échéancier de travail.

Pour le développement de son protocole, l’encadrement de l’étudiant se fait en collaboration avec le directeur de recherche et le superviseur de stage. Selon une entente établie au préalable, des rencontres sont prévues entre les parties impliquées afin d’assurer la bonne progression du développement du projet. Selon les besoins, l’étudiant peut solliciter une rencontre avec l’un ou l’autre des parties. De courts séjours en milieu de stage peuvent être requis afin d’obtenir des renseignements pertinents au développement du protocole de stage via des rencontres avec les professionnels, la clientèle, la consultation de matériel, de dossiers, etc.

Le document doit être remis sur papier blanc, de qualité standard, et de format « Lettre ». Les marges doivent être fixées à 2,5 cm à l’exception de la marge de gauche à 3,8 cm. L’impression à l’encre noire ne se fait qu’au recto de la feuille et doit être d’excellente qualité (laser). Le texte doit être rédigé à interligne 1,5 et la police de caractères doit être Times New Roman 12 points. Dans les tableaux et les notes de bas de page, le caractère peut être réduit à 10 points.

Évaluation du protocole de stage

Le protocole écrit est évalué par le directeur de recherche en collaboration avec le superviseur de stage (100%) (grille d’évaluation prévue). Le protocole corrigé est ensuite remis à l’étudiant pour qu’il y apporte les  corrections.

Une fois les corrections apportées, le protocole final est remis par l’étudiant au directeur de recherche et au superviseur et au coordonnateur du programme universitaire avant la réalisation du stage.

Réalisation du stage : Cours NUT 6961, 15 crédits

Préalables
  • Avoir réussi le cours NUT 6960 Protocole de stage
  • Être membre en règle de l’OPDQ
  • Avoir l’approbation éthique, selon le cas.
Projet intégrateur

Pendant 15 semaines, l’étudiant est intégré au sein d’une équipe de travail dans un milieu professionnel actif des secteurs de nutrition clinique ou de nutrition en santé publique répondant aux exigences déterminées par le programme de formation. À titre d’exemples, ces milieux peuvent faire partie du réseau de la santé et des services sociaux, de milieux industriels, scolaires, communautaires gouvernementaux ou dans le cadre d’une équipe de recherche. L’équipe de travail qu’il rejoint doit être un milieu reconnu par le Département.

L’ensemble des activités du stage permet au candidat de poursuivre le développement des compétences professionnelles requises pour exercer chacune des principales activités de la nutrition clinique ou de la nutrition en santé publique en mettant un accent particulier sur la pratique basée sur les données probantes. Tout au long du stage, l’étudiant rédige un journal réflexif (voir formulaire prévu).

Les compétences spécifiques développées sont liées à l’expertise nutritionnelle et à la recherche et se déclinent comme suit:

  • Poser un regard critique sur les pratiques et les données scientifiques disponibles et favoriser le transfert des connaissances dans la pratique professionnelle;
  • Approfondir sa compétence professionnelle notamment par l’application des résultats de la recherche en offrant des services nutritionnels ou en développant des interventions en nutrition en santé publique basés sur les données probantes;
  • Interagir et communiquer efficacement dans le cadre des services nutritionnels ou interventions effectués auprès de la clientèle;
  • Évaluer l’impact de ses services ou interventions;
  • Contribuer au développement de la profession;
  • Collaborer de manière efficace avec les divers partenaires incluant les
Responsabilités

Au cours du stage, l’étudiant réalise le projet préalablement élaboré dans le protocole. L’encadrement du stage est assuré par un groupe de 3 personnes jouant chacun des rôles respectifs : le directeur, le superviseur et le coordonnateur universitaire du programme.

Au moins un des trois membres de l’équipe d’encadrement doit être nutritionniste.

Directeur : directeur de recherche (professeur ou chercheur (régulier, associé, sous octroi, accrédité, affilié) du  département de nutrition

  • En collaboration avec le superviseur de stage et le coordonnateur du programme, confirmer l’échéancier de réalisation du stage;
  • Avec le superviseur de stage, assurer la direction du stagiaire;
  • En collaboration avec le superviseur de stage, assurer le bon déroulement du stage;
  • Offrir au superviseur de stage et à l’étudiant, le soutien et l’expertise requise;
  • Prendre connaissance de l’évaluation du stage complétée par le superviseur à mi-parcours et au final;
  • Encadrer l’étudiant dans la rédaction du rapport de stage prévue en NUT 6962;
  • Évaluer la présentation orale de l’étudiant prévue en NUT 6962;
  • Évaluer le rapport de stage prévu en NUT 6962.

Superviseur: professionnel du milieu de stage (diététiste, médecin, infirmière bachelière, physiothérapeute, ergothérapeute, kinésiothérapeute, psychologue, travailleur social, etc.)

  • En collaboration avec le directeur de recherche et le coordonnateur universitaire du programme, confirmer l’échéancier de réalisation du stage;
  • Offrir la supervision du stagiaire au sein du milieu de stage;
  • En collaboration avec le directeur de recherche, assurer le bon déroulement du stage;
  • Chaque semaine, prendre connaissance du journal réflexif de l’étudiant et lui offrir un soutien à l’apprentissage;
  • Évaluer le stage de l’étudiant à mi-parcours et à la fin du stage;
  • Évaluer la présentation orale de l’étudiant prévue en NUT 6962;
  • Évaluer le rapport de stage prévu en NUT 6962.

Coordonnateur universitaire du programme.   

  • En collaboration avec le directeur de recherche et le superviseur du stage, confirmer l’échéancier de réalisation du stage;
  • Évaluer la présentation orale de l’étudiant prévue en NUT 6962;
  • Recueillir toutes les évaluations (évaluation du stage, évaluation du rapport de stage, évaluation de la présentation orale) et le rapport de stage de l’étudiant, et remettre les documents au technicien en gestion des dossiers des étudiants des cycles supérieurs (TGDE).
  • Communiquer au TGDE les notes de l’étudiant pour les différentes épreuves : stage, rapport et oral

Évaluation du stage

Le stage est évalué à deux reprises par le superviseur de stage, soit à mi-parcours et immédiatement à la fin du stage. L’évaluation est effectuée  par mode d’observation tenant compte de la compétence et de la performance professionnelle (grille d’évaluation prévue pour la mi-parcours et le final). Pour l’évaluation de fin de stage, une mention insuffisante sur l’une des dimensions évaluées entraîne un échec au stage.

Le superviseur de stage discute avec l’étudiant de l’évaluation du stage. Les deux parties signent le formulaire et le superviseur de stage l’achemine au directeur de recherche et au coordonnateur universitaire du programme. Le coordonnateur dépose le document au dossier de l’étudiant. Suite à l’évaluation finale, il informe le TDGE de la réussite ou non du stage de l’étudiant. Le stage est non contributoire à la moyenne, il est évalué comme étant réussi ou échoué.

Dépôt du rapport de stage

Le dépôt du rapport de stage se fait au département, sous la responsabilité du TGDE. L’étudiant doit être inscrit au moment du dépôt de son travail dirigé. Pour le premier dépôt, l’étudiant doit présenter les exemplaires (2 ou 3 dans le cas de codirection) conformes aux normes et aux directives de la FESP concernant la rédaction et la présentation des thèses et mémoires publiées dans la dernière édition du Guide de présentation des mémoires et des thèses.

 L’étudiant peut faire le dépôt de son travail dirigé par courriel s’il a reçu l’approbation de tous les membres de son jury. Pour ce faire, envoyer le PDF du travail dirigé par courriel au TGDE qui le transfère aux membres du jury avec les documents d’évaluation.

Le TGDE remet à l’étudiant un reçu officiel de dépôt. L’étudiant a le statut « évaluation-correction» lors du trimestre suivant son dépôt à la condition que ses crédits de cours, son séminaire et le minimum de 3 trimestres (ou l’équivalent à demi-temps) de scolarité aient été complétés.

Diffusion du rapport de stage

Le dépôt final se fait via l’application PAPYRUS – dépôt électronique : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/

Nous encourageons fortement les étudiants et leurs directeurs à diffuser le rapport de stage au moyen d’une publication et/ou de communications orales. Les revues officielles de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec (Nutrition : Science en évolution) et de Les Diététistes du Canada (La revue canadienne de la pratique diététique et de la recherche) ainsi que d’autres revues scientifiques canadiennes (ex. Revue canadienne de santé publique) acceptent de publier des textes en français. De même, certaines revues européennes de nutrition (Âge et Nutrition, Réalités en nutrition, etc.).