Transnut

Le groupe de recherche TRANSNUT, pour transition nutritionnelle, a été créé par la professeure Hélène Delisle en 2000 pour se pencher sur ce phénomène dans les pays en voie de développement. En 2003, le Département de nutrition de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, représenté par TRANSNUT, est devenu un centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la santé; cette désignation est en voie d’être renouvelée.

TRANSNUT étudie la transition nutritionnelle et les maladies chroniques, en augmentation fulgurante dans le monde, ainsi que leurs corrélats nutritionnels, sur les plans local, national et international au sein de populations vulnérables.

Il sert également de milieu de formation, accueillant des étudiants diplômés en nutrition et dans des disciplines connexes dont les projets de recherche portent sur la transition nutritionnelle. Ainsi, TRANSNUT vise à fournir une expertise essentielle pour étudier, comprendre et résoudre les problèmes liés à la transition nutritionnelle et à ses effets sur la prévalence des maladies chroniques au Canada et ailleurs dans le monde.

Les objectifs généraux de TRANSNUT

  • Promouvoir la recherche, la formation et la surveillance quant aux questions liées à la transition nutritionnelle
  • Poursuivre la recherche, la consultation et l’élaboration des interventions visant à mieux comprendre et gérer les problèmes liés à la transition nutritionnelle et aux maladies chroniques qui y sont associées
  • Assurer le transfert des connaissances relatives aux enjeux systémiques et individuels dans la gestion nutritionnelle afin de prévenir les maladies chroniques liées à la transition nutritionnelle.

Les objectifs particuliers de TRANSNUT

  • Étudier et comprendre le rôle des systèmes alimentaires, y compris les politiques gouvernementales et les innovations du marché, dans la transition nutritionnelle et la prévalence des maladies chroniques
  • Étudier et comprendre l’association entre les systèmes alimentaires, y compris leurs corrélats sociopolitiques et économiques, ainsi que la sécurité alimentaire chez les populations vulnérables du Canada, des Amériques et du monde

 

D’autres objectifs particuliers seront définis selon les champs d’intérêt et l’expertise des partenaires.

Collaborateurs de TRANSNUT

Professeurs-chercheurs

Nom Thèmes de recherche
Malek Batal, directeur Systèmes alimentaires
Hélène Delisle, directrice fondatrice, professeure émérite Nutrition internationale
Marie Marquis Éducation nutritionnelle, étude des besoins et des interventions, comportements alimentaires
Geneviève Mercille Environnements alimentaires, systèmes alimentaires locaux et communautaires
Jean-Claude Moubarac Qualité alimentaire, anthropologie de l’alimentation
France Nolin Pédagogie universitaire, formation professionnelle
Louise St-Denis Formation en nutrition
Collaborateurs Fonction
Stéphane Decelles Coordonnateur de TRANSNUT
Amy Ing Agente de recherche
Stéphanie Auguste Agente de recherche

 

 

Stagiaire postdoctoral

Nom Directeurs Codirecteurs
Asma el Mabchour Marie Marquis et Malek Batal

Stagiaires

Nom Directeurs Codirecteurs
Joanie Chevrier Stéphane Decelles
Joshua Galant Malek Batal
Amélie Loiselle Marie Marquis
Hind Sadiqi Marie Marquis
Bana Salameh Malek Batal

Étudiants au doctorat

Nom Directeurs Codirecteurs
Gabriel April Lalonde Malek Batal
Ana Deaconu Malek Batal
Ruchika Handa Malek Batal Bilkis Vissandjée

Étudiants à la maîtrise

Nom Directeurs Codirecteurs
Amani al-Asmar Malek Batal
Sabrina Arasimowicz Malek Batal
Andréa Dufour Malek Batal
Zeina Khachab Malek Batal
Amélie Potvin Lavoie Malek Batal
Ines Sebai Malek Batal
Lara Steinhouse Malek Batal
Sira Diarra Geneviève Mercille Isabelle Michaud-Létourneau
Andrea Suardi Geneviève Mercille
Myrtha Traoré Malek Batal

Pour en savoir plus sur TRANSNUT

Nouvelles

TRANSNUT est heureux de compter dans ses rangs de nouveaux membres travaillant dans le domaine de la nutrition en santé publique et en santé internationale : les professeurs Marie Marquis, Geneviève Mercille et Jean-Claude Moubarac.

Le groupe poursuit ses activités de recherche à l’échelon international sur les problématiques de la transition nutritionnelle et de la santé des groupes vulnérables. Ainsi, avec le soutien financier d’Affaires mondiales Canada, notre groupe se penche sur la nutrition et la santé des mères et de leurs jeunes enfants dans deux régions rurales d’Haïti à travers le Projet d’appui prénatal, périnatal, postnatal et nutritionnel, en partenariat avec la Fondation Paul Gérin-Lajoie. Ce projet, d’une durée de cinq ans, contribuera à l’étude des déterminants de l’allaitement exclusif chez les mères et permettra d’étudier le potentiel des aliments locaux en vue d’élaborer des recommandations quant à la qualité des aliments de complément. Plusieurs activités de développement sont intégrées à ce projet de recherche dans le souci de maximiser les effets positifs de l’intervention.

Toujours en Haïti, et grâce à un financement de l’Initiative pour les micronutriments, TRANSNUT s’intéresse à l’incidence qu’aurait l’enrichissement des repas scolaires avec les poudres de micronutriments sur l’anémie et la carence en vitamine A chez les enfants de 5 à 12 ans. Un projet pilote sera évalué avant d’étendre le programme à tout le territoire haïtien.

Dans ses efforts d’étudier le phénomène de la transition nutritionnelle dans la région des Amériques, TRANSNUT collabore à un projet financé par le Centre de recherches pour le développement international du Canada en Équateur. Le groupe de recherche examine l’influence de politiques gouvernementales (étiquetage utilisant le système des feux de circulation pour trois nutriments, soit le sel, le gras et le sucre, et les mesures d’encouragement à la consommation locale) sur les paramètres de santé des consommateurs équatoriens.

Ces projets de recherche accueillent plusieurs étudiants au doctorat et à la maîtrise ainsi que des stagiaires du 1er cycle et des stagiaires d’autres départements de l’UdeM, voire d’autres pays.

TRANSNUT s’intéresse aussi à la formation de la relève. Grâce à un partenariat avec la Fondation Paul Gérin-Lajoie et un financement du ministère des Relations internationales et de la Francophonie du gouvernement du Québec à travers le programme Québec sans frontières, cinq de nos étudiants ont vécu une expérience extraordinaire de stage de nutrition publique pendant 10 semaines au Bénin à l’été 2016. Ces étudiantes étaient accompagnées d’une nutritionniste membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec, qui a ainsi fait un suivi minutieux des activités et garanti la qualité exceptionnelle de ce stage unique. Cette expérience positive nous a encouragés à recommencer, et sept étudiantes effectueront un stage de nutrition publique dans le domaine de la santé maternelle et infantile au Burkina Faso à l’été 2017, toujours en partenariat avec la Fondation Paul Gérin-Lajoie.

Même si les activités de TRANSNUT ont été jusque-là concentrées à l’étranger, que ce soit en Afrique ou dans les Amériques, notre groupe ne délaisse pas pour autant les enjeux locaux. Ainsi, un rapport sur la consommation d’aliments transformés et la qualité de l’alimentation au Québec a été dévoilé en mars 2016, à l’occasion des activités du Mois de la nutrition, au cours d’une causerie-midi de TRANSNUT. Ces causeries-midi sont devenues un rendez-vous attendu pour les échanges sur différents sujets d’intérêt en nutrition publique et internationale. Durant l’année précédente, des sujets tels que les outils de mesure de la sécurité alimentaire et de la diversité alimentaire, la consommation d’aliments transformés chez les Premières Nations et l’importance qu’elles accordent à la qualité de l’alimentation, le jardinage éducatif dans les centres de la petite enfance et la situation nutritionnelle et l’état de santé de la population en Haïti ont été abordés. Cette année promet d’être aussi riche en échanges scientifiques autour de la thématique de la transition nutritionnelle, que ce soit chez nous ou ailleurs dans le monde.

×